Directeurs
artistiques

© Mathieu Doyon

Olivier Ducas

Créateur et codirecteur artistique

Olivier Ducas a étudié l’interprétation à l’École nationale de théâtre du Canada. De sa rencontre déterminante avec Francis Monty naît, en 1999, le Théâtre de la Pire Espèce dont ils assument conjointement la direction artistique.
Auteur, acteur, metteur en scène et manipulateur au sein de la compagnie, Ducas est cocréateur des spectacles du Théâtre de la Pire Espèce (Ubu sur la table, Persée, Gestes impies et rites sacrés, L’anatomie de l’objet, Die Reise ou les visages variables de Felix Mirbt, Futur intérieur) dont les tournées se déploient au Canada, en Europe, au Mexique et au Brésil.
En 2008, il écrit et met en scène sa première création solo, Roland, la vérité du vainqueur, une pièce de théâtre inspirée de la Chanson de Roland, créée pour deux acteurs-conteurs et adressée aux adolescents. En 2014, il renouvelle l’expérience avec Villes, collection particulière  où il ajoute à ses chapeaux d’auteur et de metteur en scène celui d’interprète soliste. Dernièrement, il a créé Contes zen du potager avec Karine St-Arnaud, une série de courtes formes minimalistes où les légumes déploient toutes leur substance.
Au coeur de ses préoccupations et de ses actions : la recherche formelle et le développement d’une dramaturgie fondée sur l’image et l’objet en scène. En plus de ses activités créatrices, Ducas est aussi formateur en théâtre d’objets auprès de professionnels, d’enseignants en théâtre et d’étudiants.

© Mathieu Doyon

Francis Monty

Créateur et codirecteur artistique

Diplômé en écriture dramatique de l’École nationale de théâtre du Canada en 1997, Francis Monty est un touche-à-tout du théâtre. La mise en scène, le jeu clownesque, la marionnette et ses nombreux projets d’écriture s’entrecroisent. En 1999, il fonde le Théâtre de la Pire Espèce avec Olivier Ducas et en partage depuis la direction artistique. Cocréateur des spectacles de la compagnie, il a notamment coécrit et mis en scène Ubu sur la table en 1998, Persée en 2005, Gestes impies et rites sacrés en 2009, Die Reise ou les visages variables de Felix Mirbt en 2011 et Futur intérieur en 2014. En tant qu’auteur dramatique, ses oeuvres ont été présentées au Canada, au Brésil et en Europe : Par les temps qui rouillent, Déclownestration, Traces de cloune, Romances et karaoké (qui lui a valu le Masque du texte original en 2005), Léon le nul, Ernest T. (nominé au prix Louise-Lahaye récompensant l’écriture jeune public québécoise), Petit bonhomme en papier carbone et Nous sommes mille en équilibre fragile.