fbpx

Les Études

La compagnie s’est lancée depuis septembre 2015, dans une série d’Études, des ateliers de création ou de recherche qui ciblent une question esthétique ou une pratique particulière hors du contexte d’une production. De la recherche fondamentale, en somme. Plusieurs de ces Études on été réalisées à Montréal, réunissant d’abord des artistes associés à la compagnie et d’autres praticiens locaux. Depuis, des artistes d’origines diverses (Canada, Angleterre, France et Israël), et de disciplines variées (marionnettes, musique, danse, vidéo) ont été invités à participer à l’une de ces Études de la Pire Espèce.

Ces rencontres professionnelles offrent, en marge des calendriers de production, une rare occasion d’échange des savoir-faire, des idées et des désirs… dans l’action. Les chocs et contrastes provoqués par la combinaison parfois hasardeuse, parfois calculée d’artistes et de matériaux divers stimulent la création. Toutes les disciplines de la recherche scientifique se dotent de telles rencontres ponctuelles.

En général, on oppose “art de recherche” et “art populaire”. À La Pire Espèce, nous avons toujours soutenu l’importance de rendre accessible à la collectivité notre pratique, aussi étonnante soit-elle. Lors des Études, à l’issue de chaque période de recherche (entre 7 et 10 jours), le groupe d’artistes présente le résultat de ses expérimentations. Ces présentations développées sur le terrain trouvent chaque fois un public curieux et enthousiaste. Elles offrent à la communauté locale une percée au plus près de la création. Autour de nos activités de recherches, nous aimons aussi joindre des ateliers de formation destinés aux amateurs, aux étudiants en théâtre et aux professionnels de la scène. En éprouvant personnellement la poésie et les difficultés d’un médium, le participant apprécie ensuite avec plus d’acuité le travail de l’artiste et profite mieux de l’oeuvre. En outre, ce partage provoque et nourrit le sentiment d’appartenance respectif des artistes envers leur communauté et de la communauté envers ses artistes. Une relation qui est le ciment même de l’acte théâtral.

Les études à venir

Nous avons décidé d’élargir le cadre de ces études d’un océan à l’autre. Pour des raisons géographiques ou linguistiques, les occasions de rencontre entre artistes canadiens sont rarissimes. Affranchies des diktats de production, nos études proposent un cadre léger, propice à l’échange et au partage artistique.

Winnipeg – Cercle Molière

Novembre – Décembre 2018

La matière texte comme point de départ à l’écriture scénique

Artistes : Mélanie Bédard (Winnipeg), Étienne Blanchette, Jonathan Cusson, Sébastien Gaillard (Winnipeg), Mathieu Gosselin, Amber O’Reilly (Winnipeg),  Anaïs Pellin (Vancouver), Gabriel Léger-Savard, Alexandre Leroux, Jane Testar (Winnipeg), Julie Vallée-Léger

Vancouver – partenaires à confirmer

Janvier 2020

Jeu physique et travail plastique

Artistes partenaires : Timothy Gosley.
Détails à venir 

Caraquet et Moncton – partenaires à confirmer

Mai 2020

Le miniature et la caméra en direct

Artistes partenaires : Satellite Théâtre.
Détails à venir

Les sujets d’étude abordés depuis 2015

  • La courte forme
  • La marionnette à gaine (x2)
  • L’adaptation
  • Parole et narration (x4)
  • Caméra en direct et techniques de narration

Documents