Léon le nul

Tous publics à partir de 9 ans

> Show available in English

> Espectáculo disponible en español

Entre deux mauvaises rencontres à l’école et les interventions d’une mère exaspérée, Léon mange des clous en cachette. Léon le nul, comme les autres enfants se plaisent à l’appeler, rêve de devenir un train, plus grand et plus puissant que tout le monde et ainsi, devenir fort, solide, inébranlable. Imperméable aux mauvais traitements infligés par ses « camarades » sur la route qui relie l’école à la maison. Invincible comme Éthienne son grand frère…

La pièce possède plusieurs caractéristiques propres au genre du conte, et ce, tant sur le plan du récit que de sa forme. La mise en scène répond à ces particularités en utilisant elle aussi plusieurs des procédés typiques de l’art du conteur. La forme narrative rappelle le personnage du conteur qui, tout en livrant son histoire, se permet d’effectuer des va-et-vient entre fiction et réalité, entrant et sortant de son récit comme bon lui semble, en prenant toujours soin d’établir un contact direct, intime, avec son auditeur. Léon prend ainsi les traits du conteur de sa propre enfance, à la fois passée et présente.

Créée en septembre 2005 à l’occasion du Festival mondial des arts pour la jeunesse, Léon le nul a été jouée plus de 165 fois au Québec et en France où la production en est à sa 7e tournée. Leo the zero a été créée en mai 2009 à Calgary.

Le texte est publié chez Lansman 2004.

TEXTE ÉPROUVÉ AU 

Production du Théâtre d’Aujourd’hui, du Théâtre Bouches Décousues et du Théâtre de la Pire Espèce

Texte : Francis Monty
Mise en scène : Gill Champagne
Avec :
Martin Dion
Décor et costume : Louis Hudon
Assistance à la mise en scène et éclairage : Jean Paquette

« Martin Dion, seul sur scène livre une performance remarquable. […] Il fait vivre sans peine le désarroi et la rage qui habitent Léon. Il est d’ailleurs fort bien servi par la mise en scène sobre de Gill Champagne ».
Christian Geiser, La Presse, 28 octobre 2007

« […] texte remarquable d’intelligence, de surprise et de poésie de Francis Monty. Rarement a-t-on réussi à illustrer de façon aussi brillante un propos aussi ¨ordinairement¨ dur ».
Michel Bélair, Le Devoir, 25 octobre 2007

« Léon le nul met en scène plusieurs personnages joués par un seul comédien, Martin Dion, dont tous les critiques ont souligné l’excellence du jeu. […] Faisant appel à l’intelligence des spectateurs par son univers quasi surréaliste, pas toujours facile à suivre, ce spectacle, qui parle d’intolérance, est touchant et atteint son objectif de faire réfléchir en divertissant. »
Raymond Bertin, Les coups de coeur de Lurelu, automne 2006.

« Léon le nul s’avère non seulement un théâtre d’invention, mais aussi un théâtre d’émotion auquel les gamins ne peuvent que s’identifier. »
Dominique Lachance, Le Journal de Montréal, 27 septembre 2005

Conception de l'affiche Laurent Pinabel

Documents

> Matériel promotionnel et informations techniques disponibles dans l’Espace pro