La sélection des québéclonautes est un dossier à ne pas prendre à la légère.

Le processus exige du temps et parfois même quelques manipulations génétiques… Ainsi partant d’une équipe originale de 4 heureux élus, un travail de fond a été mené pour uniformiser cet équipage atypique. En raison d’un premier  problème de synchronisation de fuseau horaire, deux des volontaires ont du être décalés de -6 GMT, permettant ainsi d’aligner tout le groupe sur la même longueur d’onde de communication (rouge bien entendu). Par la suite, une série de tests a révélé une faiblesse imparable chez deux des spécimens. Craignant de tout devoir recommencer à zéro, la décision a été prise de fusionner leur patrimoine génétique en un seul et même super-québéclonaute. De plus, c’est bien connu qu’un trio a beaucoup plus de chance de réussir, car c’est comme ça qu’on score ! (du moins si l’on en croit les fans du sport national de leur nation d’origine).

C’est ainsi que l’équipage a pu partir dans les meilleures conditions vers leur mission à la rencontre de l’autre (et d’eux-même…).

Équipe initiale

de g. à d. : Julien Mellano, Francis Monty, Olivier Ducas, Denis Athimon © Julie Vallée-Léger

de g. à d. : Julien Mellano, Francis Monty, Olivier Ducas, Denis Athimon © Julie Vallée-Léger

Équipe réformée

de g. à d. : Francis Monty. Olivier Ducas, Étienne Blanchette, Mathieu Gosselin © Julie Vallée-Léger

de g. à d. : Francis Monty. Olivier Ducas, Étienne Blanchette, Mathieu Gosselin © Julie Vallée-Léger

Équipe finale

de g. à d. : Alexandre Leroux, Étienne Blanchette, Mathieu Gosselin @ Mathieu Doyon

de g. à d. : Alexandre Leroux, Étienne Blanchette, Mathieu Gosselin @ Mathieu Doyon