Droit devant lui
S’étend le trou noir
Il cligne des yeux

 

Jour après jour
Refaire les mêmes gestes
Le trou noir

 

Noir profond
Où sommeille la lumière
Le passé

 

Il assiège
la porte de la station
le cosmos

 

Sur l’écran
Ton visage m’envahit
Pluie de météore