Journal de création de La Pire Espèce | Petit bonhomme en papier carbone
5
archive,category,category-petit-bonhomme-en-papier-carbone,category-5,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled, vertical_menu_hidden,vertical_menu_hidden_with_logo, vertical_menu_width_260,qode-title-hidden,overlapping_content,qode-theme-ver-7.7,wpb-js-composer js-comp-ver-4.7.4,vc_responsive

Journal de création
Petit bonhomme en papier carbone

Avec ce texte qui se veut un écho à Léon le nul (coproduit en 2005 avec le Théâtre des Bouches Décousues), Francis Monty entraîne le spectateur dans la mythologie de la famille québécoise. Éthienne, frère de Léon, personnage central de ce nouveau récit, transporte une autre vision de la famille. Si Léon tentait de s’affranchir de son lien de dépendance à l’égard de sa mère, Éthienne, petit bonhomme en papier carbone et à l’histoire sale, va plutôt tenter, lui, de se débarrasser de son père, un homme-vache qui marche mal et lentement, qui a peur de tout et qui agit très peu. Un père inutile.

Au-delà du travail de théâtre d’objets déjà bien exploré depuis Ubu sur la table, la création de Petit bonhomme en papier carbone s’est concentrée autour de l’exploration des mécanismes du conte, de la matière du papier et du travail de bruitage et de musique en direct avec la présence sur scène du musicien-bruiteur, Mathieu Doyon.