Journal de création de La Pire Espèce | L’Effet Hyde ou comment s’emparer du roman phare de Stevenson 1/2
16074
single,single-post,postid-16074,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled, vertical_menu_hidden,vertical_menu_hidden_with_logo, vertical_menu_width_260,qode-title-hidden,overlapping_content,qode-theme-ver-7.7,wpb-js-composer js-comp-ver-4.7.4,vc_responsive
Crédit_Clémence Doray89

28 Fév L’Effet Hyde ou comment s’emparer du roman phare de Stevenson 1/2

À l’affiche du Théâtre Aux Écuries du 6 au 24 mars 2018 , Marcelle Hudon et Francis Monty recomposent L’étrange cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde de Robert Louis Stevenson en fusionnant leurs médias théâtraux de prédilection : marionnettes, ombres, masques et musique en direct. Dans ce premier entretien en coulisses, le tandem Hundon-Monty nous raconte, comment, il s’est emparé du roman phare de Stevenson.

 

Qu’avez-vous avez fait du roman ?

Marcelle – Ce qu’on fait au roman, c’est l’explorer. Quand tu as lu 3-4-5 chapitres, que tu te couches le soir et que tu dors, qu’est-ce que ton esprit invente ? C’est un peu ça qu’on a essayé de faire ; les trous que Stevenson a laissés, on rentre là-dedans.

Francis – Et d’une certaine façon, on fait comme si on lisait le roman. On continue, sur scène, à être des lecteurs de Dr. Jekyll et Mr. Hyde.

Marcelle – Par exemple, dans le roman, il est seulement fait mention de la « dépravation » de Hyde. Les adaptations cinématographiques, lui font fréquenter les bordels et violenter des femmes. Ça c’est le bout qu’ils ont inventé, eux, entre une phrase et une autre de Stevenson, comme nous.

Francis – Mais Stevenson décrit Hyde moins comme un être bête, stupide et méchant que comme un être libre. Hyde a une liberté que Jekyll n’a pas. C’est là que c’est intéressant pour nous.

Marcelle – Le docteur Jekyll, c’est une personnalité binaire qui veut absolument faire une scission entre le bien et le mal, c’est complètement…

Francis – Naïf…

Marcelle – Oui, naïf. L’idée du bien et du mal, c’est tellement tordu. Ça a des milliers de nuances, le bien et le mal. Mais Stevenson met des mots sur quelque chose de ressenti à cette époque-là. Et c’est écrit dans les années où apparaît la psychanalyse de Freud; c’est pas rien.

Francis – Nous, on s’est dit qu’on pouvait tous à un moment donné être Hyde, défendre Hyde ou condamner Hyde (ou Jekyll). Et pas tous être à la même place, avoir le même point de vue sur le sens de l’histoire. C’était ça le jeu.

Marcelle – Pis c’est vrai que c’est pas si facile à lire comme spectacle. Mais moi je trouve ça plate les spectacles faciles à lire. On le sait que c’est risqué ce qu’on fait, mais si on le fait pas… ça sert à quoi?

Francis – Moi aussi ça me plait, je trouve ça drôle.

Marcelle – C’est pour ça que je fais ça dans la vie : la liberté qu’on a de faire nos propres connections. On nous dit qu’il faut travailler cinq jours semaine, avoir l’air de savoir où on s’en va, etc. Moi je peux les inventer les chemins, les patrons. Et j’espère que les gens qui voient ce que je fais se disent « ah, on peut inventer! »

 

Propos recueillis par Jonathan Cusson

 

L’EFFET HYDE
Présenté au Théâtre Aux Écuries du 6 au 24 mars 2018
La représentation du samedi 10 mars s’inscrit dans la programmation du Festival de Casteliers.

COPRODUCTION : Marcelle Hudon et le Théâtre de la Pire Espèce
TEXTE : Francis Monty, d’après L’étrange cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde, de Robert Louis Stevenson
MISE EN SCÈNE : Marcelle Hudon et Francis Monty
MASQUES, MARIONNETTES ET SCÉNOGRAPHIE : Marcelle Hudon
INTERPRÉTATION : Bernard Falaise, Louis Hudon, Marcelle Hudon et Francis Monty
MUSIQUE : Bernard Falaise
COLLABORATION À LA CRÉATION : Louis Hudon
ASSISTANCE À LA MISE EN SCÈNE : Marie-Claude D’Orazio
SECOND ASSISTANT À LA MISE EN SCÈNE : Jonathan Cusson
COLLABORATION À LA MISE EN SCÈNE : Olivier Ducas
CONCEPTION DES COSTUMES ET CONSEILS SCÉNOGRAPHIQUES : Julie Vallée-Léger
CONCEPTION DES LUMIÈRES : Thomas Godefroid
DIRECTION DE PRODUCTION ET TECHNIQUE : Clémence Doray
ACTEURS LORS DES ÉTAPES DE RECHERCHE : Étienne Blanchette et Anne Lalancette
STAGE À LA MISE EN SCÈNE : Joanie Fortin

Aucun commentaire

Publier un commentaire